Monsieur Martinez
(Les Cadouin #1)

 mise en scène Quentin Defalt

​" Vous voyez Monsieur Martinez, pour être indépendante, il faut qu'on y passe ! Rien

n'est jamais accordé simplement. C'est

toujours corporel."

Viviane Cadouin, 8 juillet 1997

 

Argument
Juillet 1997. Un parking à la périphérie d’une ville. Sur ce parking, une baraque à frites. Celle des sœurs Cadouin, pupilles de la nation. Celle de Viviane et Suzanne. Elles règnent sur un pré carré de béton, vendant hot-dogs, sodas, faisant commerce de tout pour préserver leur espace de vente. L’aînée  invente à sa cadette une famille où apparaissent les grands noms de la télévision, un Michel Drucker comme aïeul… Autour de cette baraque gravitent deux hommes. Joaquim Martinez, professeur fraîchement en vacances, et Michaël Pichon, jeune agent de sécurité essayant désespérément de réparer sa mobylette. Clients réguliers, ils discutent, se disputent, s’arrachent les faveurs des dames, qui ne semblent pas s’en préoccuper. Elles négocient, vendent et comptent. Question de survie. En attendant la fin, tout le monde fait comme il peut dans une solitude sans fond. Tous se débattent la nuit dans leurs cauchemars sans fin. Jusqu’au crime, geste gratuit, point de fuite dans un tableau sans espoir. Nous allons suivre quinze jours de leur existence…



voir

ce spectacle est disponible en tournée

durée 1h15

avec Juliette Coulon (Suzanne Cadouin), Olivier Faliez (Joaquim Martinez), Charlotte Laemmel (Viviane Cadouin) et Gaëtan Peau(Michaël Pichon)

assistanat à la mise en scène Damir Žiško scénographie Natacha Le Guen assistant à la scénographie Germain Peronne lumières Manuel Desfeux costumes Agathe Laemmel maquillages Valentine Erlich attachée de diffusion Anne Gégu attaché de presse Jean-Philippe Rigaud régisseur Julien Barrillet
 

production Teknaï avec le soutien de la Maison du Théâtre et de la Danse d'Epinay-sur-Seine, du Théâtre 13 et du Théâtre du Rond-Point
le texte est publié aux éditions Les Cygnes collection Les Inédits du 13

spectacle créé du 26 au 29 février 2008 au Théâtre des Bains-Douche (Le Havre) et repris du 1er au 31 décembre​ 2010 au Théâtre du Rond-Point

Lancer / couper John Dowland - Flow my tears

© photographies : Quentin Defalt

la presse a dit...

 

" La médiocrité des existences de cette humanité ordinaire pourrait facilement verser dans la platitude. Or c’est loin d’être le cas, grâce à un remarquable travail de scénographie et de mise en scène. Le décor en deux dimensions (les photos en taille réelle), les costumes, le maquillage, tout contribue à créer un univers à la fois décalé et convaincant. Une vraie réussite. "

Les Trois coups - Fabrice Chêne



" Monsieur Martinez (Les Cadouin #1) est une merveilleuse aventure sur l’humanité et la détresse. En utilisant le burlesque pour décrire des situations désespérantes l’équipe met le spectateur en danger, coupable de rire devant tant de souffrance intérieure. On ne sort pas totalement indemne du spectacle. "

Scèneweb.fr - Stéphane Capron​



" Tout azimuts, les personnages déroulent le fil d'une habile réflexion sur la société. L'éducation des masses, la solitude, l'inégalité des chances, la phallocratie se bousculent au portillon jusqu'au climax, lourd comme un couperet. "

Direct Soir